photo : droits réservés

Contrefaçon

Danser dans l’tromé - France

Vendredi 8 juin 19h00

Chapit’Auc

Ils s’appellent Contrefaçon, mais ça s’écrit CTRFÇN. De CTRFÇN on peut dire qu’ils se sont rencontrés sur les bancs du collège. Quelques années plus tard, leur champ d’expression, c’est le mix musique + vidéo. Ils sont de Paris, mais ça s’écrit "P4RIS". Magique, Paris ? Vraiment ? Ce n’est pas ce qu’il ressort des quatre premiers clips, véritables court-métrages qui racontent, d’errances souterraines en trips sous casque de réalité virtuelle, le quotidien d’un dealer de collyre psychotrope dans la capitale.

Le groupe Contrefaçon s’est fixé comme objectif de proposer une vision différente de l’univers parisien, en "floutant les frontières entre le réel et le virtuel". Chaque morceau de leur premier EP 4 est joué live et retravaillé dans le cadre d’une rencontre du son et de l’image. Des obsédés de la réalité virtuelle - pour ne pas dire de la contrefaçon de la réalité.

Au-delà de la forme, soignée et anxiogène, qui rappelle le polémique Stress de Justice et Romain Costa-Gavras, c’est toute la courte mais féconde histoire de la French Touch que ce taiseux quatuor embrasse sur ces quatre morceaux, des arpèges discoïdes de Daft Punk aux pilonnages à la lisière du krautrock qu’assène Kavinsky. Mais il l’embrasse, à l’instar de Gesaffelstein, de lèvres surlignées de noir, expression de bas instincts techno que rien ne saurait entraver.

ST OFFCL FCBK INSTGRM TWTTR YTB